Les enfants à Mayotte...

Publié le par Matthieu, Chrystelle, Emma et Noha...

Etant donné que nous avons deux enfants en bas âge (2 ans et 3 mois) qui n’ont connu que Mayotte… Nos quelques conseils concernent essentiellement cette tranche d’âge. 
 
Alors si vous venez avec vos bouts de choux… Vous devez vous poser pas mal de questions.
Tout d’abord rassurez-vous, la vie à Mayotte pour les petits est agréable. Ils vivent toute l’année en tee-shirt, peuvent profiter de la plage. Il faut cependant bien avoir à l’esprit que la prise en charge en cas d’accident grave n’est pas à la hauteur de celle en métropole et qu’il faut redoubler d’attention avec eux (à la plage par exemple…).
 
La nounou, la crèche et l’école…

 

 

Jusqu’à un an, vous trouverez sans problème une nounou qui viendra garder votre bout de chou à la maison et faire le ménage pendant les siestes. Ca, c’est le côté positif. Le problème est de trouver la perle rare. Et dans ce cas, mieux vaut passer par le bouche à oreille. Quelques unes parlent français. Les autres ne maitrisant pas la langue, les échanges peuvent se réduire à leur plus simple expression. Ensuite, les enfants sont beaucoup pris dans les bras : les jeux sont peu favorisés… Côté finance, il faut compter environ 5 € de l’heure net + 25 % de charges (tarif légal), pas de prise en charge par la CAF, mais déductibles des impôts.

 

 

 

A partir d’1 an (ou 9 mois, en fonction de la crèche), dès que le petit marche, il y a possibilité de l’inscrire dans une crèche privée ou associative. Attention cependant, il faut s’y prendre à l’avance. Nous payons pour 4 jours de crèche par semaine 250 € mensuel environ, déductibles également des impôts. L’inconvénient par rapport à la nounou, c’est de devoir les amener sur place et d’être contraint par les horaires de la crèche (6h30 - 17h30). Avantage : l’épanouissement de vos enfants au contact des autres (chant, comptine, vocabulaire, jeux, dessins, jeux d’eau, partage (ou presque), toboggans, règles de vie…). Il faut savoir qu’il n’y a pas de jeux d’extérieur pour les petits sur Mayotte que l’on trouve en Métropole dans les parcs publics. D’ailleurs, il n’y a qu’un parc public (pointe Mahabout)… On doit donc compenser par la plage où les familles se retrouvent souvent en fin de journée.

 

 

 

A partir de 3 ans, vous avez le choix entre école publique ou privée. Bien entendu, le premier reflexe est de privilégier le public, mais certains de nos amis n’en étant pas satisfaits pour diverses raisons, on très vite privilégié le privé ou l’associatif malgré le coût parfois élevé. Il faut savoir que le privé recrute parfois hors éducation nationale. Il y a certains professeurs des écoles en disponibilité qui sont recrutés, mais il y a aussi d’autres personnes n’ayant pas reçu toute la formation (mais ils n’en demeurent pas moins compétents la plupart du temps).  Ici, les enfants n’ont école que le matin dans le privé (du lundi au vendredi). Par contre, dans le public, du fait du manque de bâtiments, les enfants ont cours soit tous les matins, soit tous les après-midis. Si vous choisissez le public, essayez de privilégier les écoles d’application où enseignent des enseignants formateurs. En effet, certains instituteurs ont été recrutés avec un niveau scolaire faible (collège, voire moins dans les cas extrême et ce à une période à l’école a été mise en place à Mayotte) et maîtrisent mal le français. Cependant, depuis 3 ans, l’IFM de Mayotte a vu sortir ses premières promotions et des efforts de formations continues ont été mis en place. Dans tous les cas une visite sur place sera instructive.

 

 

 

Quelques coordonnées de crèche :

 

Crèche Hodina Kara Titi – Combani – 02 69 62 43 17
Les beaux enfants – Mamoudzou près du lycée – 02 69 61 09 00
Les beaux enfants – Pamandzi (petite terre) – 02 69 60 07 43
Les petits loups – Mamoudzou (Cavani, 5 min du lycée) – 02 69 61 17 23

 

 

Quelques coordonnées d’écoles privées ou associatives :

 

Ecole primaire Frimousse – Mamoudzou (Cavani) – 02 69 61 24 98
Vanille Chocolat – Mamoudzou (Kaweni) – 02 69 61 71 99
Les flamboyants – Mamoudzou (Majicavo, derrière Jumbo) – 02 69 61 55 17
Les Roussettes – Mamoudzou (en face du lycée) – 02 69 61 26 21
Pomme Cannelle – Combani – 02 69 62 79 20
 
Que mettre dans son déménagement pour les enfants ?

 

 

On trouve peu de choses de bonne qualité. Il y a peu de magasins spécialisés et les quelques présents sur l’île ont des produits certes corrects, mais à des prix franchement élevés. Par exemple, il faut compter 90 € pour la première paire de Kickers ! Et il n’y a pas d’autres marques correctes. On est donc loin des petites chaussures à 10 € de Décathlon. On oublie les poussettes : les trottoirs sont quasiment inexistants ou encombrés de voitures mal garées. Alors que prendre si vous faîtes un déménagement… ?

 

-          le lit, le matelas, les draps, éventuellement la moustiquaire ;
-          les jouets + ceux à prévoir pour les anniversaires et noël ;
-          des vêtements d’été en nombre pour les tee-shirts, ainsi que des chaussures ;
-          chapeau, crème solaire, haut de baignade en lycra pour le soleil, gilet pour flotter ;
-          du chocolat, ça fait toujours plaisir… ;
-          des culottes en taille 2 ans : ça fait deux mois que j’en cherche, sans succès ;
-          siège auto, sauf si vous êtes sûr d’en récupérer d’occasion en bon état ;
-          les crèmes anti-moustiques.

 

 

Pour les bébés, on trouve sur place des baignoires en plastique (Ballou), des transats et des cosys d’occasion en sachant que la grosse période de vente est entre mars et juin. Il vaut peut-être mieux privilégier les siens. On trouve des couches Pampers (14 € le paquet) en pharmacie, et d’autres mauriciennes (8 €) très correctes également. Les lingettes sont (très) chères (5-6 €) le paquet. Pour la table à langer, il y a peu d’annonces et elles partent très vite (on aurait pu vendre la notre déjà 3 fois). On peut toujours aller faire un tour chez Ikea ou ailleurs et lui faire faire le trajet par la poste en tarif lent (30 €/ 30 kg environ, prévoir 3 mois d’acheminement) : c’est ce que nous avons fait.

 

 
Et en cas de maladie ?

 

 

Eh bien, il vaut quand même mieux arriver en bonne santé… Mais bon, on ne choisit pas toujours.

 

On trouve ici différents médecins compétents et attentifs au bien-être du petit. Il faut parfois s’armer de patience face à la file d’attente.
En cas d’urgence, l’hôpital ne paie pas de mine (bien qu’un nouveau soit en construction), mais pour y être allé une fois pour notre fille, on en est sorti très satisfait. En cas de gros problème, l’évacuation vers la Réunion est souhaitable. Le dispensaire peut être utile en brousse pour la bobologie mais, comme pour certaines écoles primaires, une visite sur place sera instructive.
 
Les activités

 

 

Elles sont nombreuses et dispersées sur l’île, et les places sont souvent limitées… La liste que je vous donne n’est pas exhaustive…

 

-          Tennis :
o   club de Koropa (10 minutes de Mamoudzou en allant vers Koungou) avec une école de tennis limités à 120 jeunes (deux BE et un initiateur tennis), possibilité de cours pour les adultes... Et en attendant la fin des cours de vos enfants, il y a la piscine en dessous. Voir le site internet www.ascugre.info (préinscription conseillée)
o   il y aussi un club à Cavani et Tsingoni avec quelques cours pour les enfants. Idem en petite-terre.
-          Sports collectifs : rugby, football, handball, basket… Avec un encadrement de très bon à inexistant en fonction des clubs… A noter que si le football est le sport roi ici. Le rugby se développe avec un encadrement des jeunes de qualité.
-          Sports nautiques : la base nautique de Sakouli propose des cours d’optimiste.
-          Centre équestre : il y a un centre équestre avec des cours (vers Dembeni – 20 minutes de Mamoudzou)
-          Cours de natation à la piscine de Koropa,
-          Ecole de musique à Mamoudzou, cours de dessin…

En période de vacances, de nombreux stages sont proposés au centre nautique, au centre équestre, à Koropa...

 
Et la famille ?

 

 

Et bien elle sera très loin et surement un peu triste de vous voir partir… Alors prévoir de rentrer régulièrement, de les faire venir à Mayotte (ou de se retrouver en vacances à la Réunion, à Maurice…), investir dans une webcam et leur proposer régulièrement des photos… Via un blog par exemple !

 

 
Et le retour en métropole ?

 

 

Bon vous avez le temps d’y penser mais nous nous sommes en plein dedans… Et c’est déjà la galère pour la crèche car l’attente est parfois de plus d’un an pour avoir une place… Et que l’organisation des mutations fait que nous aurons notre affectation que fin juin ! Bref, c’est peut être utile de penser à réserver une place en crèche 2 ou 4 ans à l’avance !!! Nous pensons donc déjà au congé parental, à un poste à mi-temps et même à repartir !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SOPHIE 15/02/2011 09:33



Bonjour,


apres avoir vecu 4 ans a mayotte avec ma fille de 5 ans a l epoque ,je viens vous félicité pour votre article sur Ile....il aidera surement nombre de parents qui s installeront à Mayotte...


Et moi aussi j avais du mal a trouver des culottes pour mon bou de chou!!!!


bonne continuation


Sophie