Enfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande

Publié le par Matt

La probabilité d’avoir un enfant malade en voyage est d’autant plus forte que vous partez plusieurs semaines avec 3 enfants... La seule question est donc de savoir quand cela va arriver.

Et forcement cela arrive le dimanche matin de la seule nuit passée au fin fond de la Nouvelle Zélande !

A Milford Sound, il n’y a pas de médecin mais un poste de secours où nous prenons conseils car quand Maël, 2 ans, a refusé de marcher, nous nous sommes dit que l'intérieur de la cuisse rouge ne pouvait pas être juste liés à d’éventuels frottements dans le siège auto et/ou du porte bébé…. L'infirmière de garde a contacté le médecin de Te Anau pour convenir que nous devions aller rapidement le voir. Nous plions donc bagages et nous partons pour 2h de route.

Nous trouvons le médecin qui prend à son tour contact avec le service hospitalier de son secteur pour parler à un pédiatre. Après quelques échanges, elle m’indique que nous devons amener Maël à l’hôpital d’Invercargill, dernière ville avant l'Antarctique. Après une dose d’antibiotique pour Maël et des sandwichs, nous roulons donc 2h de plus pour arriver  aux urgences en fin d’après-midi, horaire qui semble coïncider avec la fin des matchs de rugby…

Pour avoir fréquenté à mon corps défendant quelques hôpitaux, je suis très vite rassuré par la prise en charge d’autant plus que les personnels prennent le temps de bien nous expliquer les choses et que la plateforme est moderne.

Maël est hospitalisé pour recevoir des antibiotiques par perfusion et il sera finalement opéré le lendemain pour drainer l’infection logée dans sa cuisse. Il passera 4 nuits à l’hôpital et nous passerons deux nuits de plus à Invercargill pour les pansements.

Si les soins ont été très désagréables pour Maël, nous avons à chaque fois rencontré des personnels attentifs à son bien être et assez patient pour nous expliquer ce qu'ils allaient faire. 

 

Enfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande

Prise en charge de la famille

Une fois Maël pris en charge dans le service pédiatrique, les infirmières nous orientent vers la « maison des familles » qui va nous permettre de bénéficier gracieusement d’une chambre pour la nuit (avec grande cuisine et nourritures dans les placards, salon, laverie et wifi). Ce service fonctionne grâce aux donations d’entreprises et de bienfaiteurs avec en journée un bénévole qui accompagne les familles.

Le lendemain, nous devons trouver un hôtel car les chambres sont déjà réservées pour des familles dont les enfants ont des opérations programmées mais nous pouvons toujours accéder aux parties communes.

Le service pédiatrique dispose en outre d’une grande salle de jeux avec une personne chargée de proposer des jeux aux jeunes malades ainsi qu’aux frères et sœurs. Nos deux grands y passeront quelques heures.

Même si nos deux grands ont été adorables, j’ai aussi pris le temps de me promener avec eux dans Invercargill pour trouver un grand parc de jeux… Je n’ose dire que nous avons aussi pris un abonnement au macdo local.

Enfant malade en voyage ~ Nouvelle ZélandeEnfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande
Enfant malade en voyage ~ Nouvelle ZélandeEnfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande
Enfant malade en voyage ~ Nouvelle ZélandeEnfant malade en voyage ~ Nouvelle ZélandeEnfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande

Partie administrative et organisation de la suite du voyage

Une fois le stress passé, j’ai pu m’intéresser à la partie "administrative" en contactant mon assurance voyage (Axa travel via la carte Amex).

Si l'assurance propose une assistance médicale avec un numéro d’urgence, nous n’avons pas ressenti le besoin de les appeler immédiatement. Mon appel permet d'ouvrir un dossier pour une prise en charge des frais médicaux et aussi de mettre en place un échange entre l’équipe médicale de l’assurance et de l’hôpital (des fois que nous ayons raté quelque chose d’important dans les explications toujours en anglais des soignants)

Nous avons pu annuler sans frais la sortie à Doubful Sound, ainsi que tous nos hébergements  (essentiellement via booking).

Notre agence de location de voiture n’ayant pas d’agence à Invercargill, nous avons été obligé de la rendre comme initialement prévu à Queenstown.

A noter qu'après quelques échanges de mails et l'envoi des documents à notre retour, notre assurance voyage nous a rapidement remboursé plus de 1500 Euros en prenant en charge:

  • les nuits d’hôtel à Invercargill,
  • le surcoût lié aux changements de billets d’avion,
  • et les frais médicaux (médecin et pharmacie)

Elle aurait aussi pris en charge les éventuels frais d’annulation des hébergements déjà réservés.

Notre assurance de voyage s’est aussi portée garante pour la prise en charge des frais médicaux de l’hôpital à hauteur du plafond prévu, soit 50 000 Euros. Le plafond semble large mais avec quelques jours d’hospitalisation et une opération, nous n’en étions pas très loin…

Finalement, une commission médicale locale a statué que c’était un accident et donc entièrement pris en charge par le service de sécurité sociale local (même pour les touristes de passage).  Pour la petite histoire, l’infection serait consécutive à des piqures de mouches des sables…

Enfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande
Enfant malade en voyage ~ Nouvelle Zélande

A notre retour à Nouméa le samedi, nous avons été aux urgences et Maël a été jugé apte pour retourner à l’école dès le lundi. Il gardera de son séjour en Nouvelle Zélande une jolie cicatrice et une phobie des piqures .

Pour le reste, cela nous a confirmé que :

  • avec des petits, il fallait être vigilant sur les conditions sanitaires du pays visité, (oui au Japon, l'Australie et la Nouvelle Zélande mais non au Vanuatu...)
  • c’était important d’avoir une bonne assurance voyage que ce soit pour avoir:
    • une assistance médicale à distance,
    • une couverture des frais médicaux,
    • la prise en charge des frais annexes (hébergements, reprogrammation d’avions)
    • étant donné que nous en avions plusieurs voyages programmés dans l’année, j’ai  souscris à une assurance voyage complémentaire… Que j’espère ne pas avoir à utiliser !!!
  • c’était une bonne idée de garder les numéros d’urgence sous la main,
  • qu’il ne fallait pas hésiter à consulter en cas de doute…
  • et que surtout... Il ne fallait pas renoncer à partir en voyage avec des enfants ;)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article